Deux livres, deux sources fécondes !

Au départ, il y a un patchwork, déjà montré dans ce blog. Et puis la redécouverte de ce lieu, Gee's Bend, qui a vu naître un style de quilt, empreint de liberté et d'inventivité. Enfin, un commentaire de Marianne, du blog Filfollet, à propos d'un livre sur ce groupe de Gee's Bend.

MW_%22One_Patch%22_1717.jpg

index.jpgCe livre en anglais, Gee's Bend - The architecture of the quilt, est une mine iconographique autant qu'historique sur ce territoire de la "Black Belt", niché dans un méandre de l'Alabama. Il a inspiré mon dernier ouvrage en jeans recyclés.

On y découvre des patchworks anciens, mais aussi plus récents : la reconnaissance dans les années 2000 du monde de l'Art du caractère innovant et original de ces ouvrages autrefois méprisés a en effet permis un renouveau de la pratique du patchwork dans ce village américain.

L'histoire des habitants de Gee's Bend, depuis l'abolition de l'esclavage jusqu'à l'aube du XXIème siècle, évoque la vie dans le village et l'impact sur celui-ci des grands évènements qui ont marqué les USA : la crise de 29, la seconde guerre mondiale, la lutte pour les droits civiques...

Et l'on découvre les contributions des quilteuses au fil du temps : je propose de présenter aujourd'hui les magnifiques quilts de Martha Pettway (1911-2005).

8b221e2ffa15c5ae7479408e26754005.jpg

Martha Pettway -"Half-Log Cabin" variation, années 1930

ce0575218ea80a3d25b864db653c6330.jpg

Martha Pettway -"Half-Squares", années 1930

8619c36b6b04422c0d9441a113043886.jpg

Martha Pettway -"Housetop" variation, années 1930

ad16b0f3768b4818302d9936d42bde4f.jpg

Martha Pettway -"Half-Log Cabin" variation, années 1930

Le deuxième livre n'est pas moins étonnant et inspirant : il s'agit de Unconventional & unexpected: American quilts below the radar.

index.jpg

IMG_0560.JPGC'est dans cet ouvrage que j'ai puisé le modèle ayant inspiré un de mes précédents patchworks.

Ce livre, lui aussi en anglais, démontre que le monde du patchwork ne s'arrête pas à la première guerre mondiale : sa vitalité est manifeste, et d'autant plus lorsqu'on ose s'affranchir en toute liberté des règles et des contraintes.Et c'est précisément le message que l'auteur, Roderick kirakofe, cherche à transmettre.

Certains des quilts qu'il a pu réunir sont anonymes. Tous sont étonnants, et les photos magnifiques les mettent bien en valeur, qu'il s'agisse d'une vue d'ensemble ou de détail.

En voici une petite sélection pour mettre l'eau à la bouche...

 

IMG_1010 - Version 2.jpg

String Diamond - 1930-19608640ecf49d36458984ab639b4d031bc9.jpg

Unknown Pattern, attribué à Sally Owens - 1975-2000138e88818543e29c5f760f16a69531b3.jpg

String X, attribué à Maggie Townsend - 1950-197580eed8898b05ea067cdb3da720138543.jpg

Unknown Pattern - 1950-1975

Vous pouvez aussi consulter le blog "La ruche des quilteuses" pour plus d'informations au sujet de ce ouvrage.

Commentaires

  • Merci beaucoup pour ton article. Je ne connaissais pas cette partie de l'"histoire du patchwork". Esthétiquement parlant, je ne trouve pas que ce soient les plus beaux qui existent mais ils sont très émouvants.

  • Il y a pourtant dans ton dernier patchwork (celui avec la bande orange) quelque chose qui pourrait rappeler ces patchworks : un désir de surprendre par des ruptures de rythme, de symétrie... (Une pente dangereuse :-)) !!! Même si tu as choisi de quilter de manière plus classique !

  • j'aime bien ton résumé de l'histoire des patchwork, j'y ai appris beaucoup.
    A bientôt

  • Merci !

  • Ton ressenti est le même que le mien, ces quilts montrent un aspect jusque là caché du patchwork, et pourtant très majoritaire dans une partie significative des Etats-Unis. Merci Fabienne !

  • En effet : nous sommes abreuvés de "country" ; c'est plaisant, mais cela finit par donner l'illusion de l'uniformité !

  • J'aime beaucoup, ces patchworks ont tous une histoire à nous raconter !

  • Et oui : les objets qui accompagnent notre vie la décrivent aussi !

  • Deux magnifiques ouvrages dont je ne me lasse pas ! Quel dommage que mon anglais très médiocre rende leur lecture si laborieuse. Nos sœurs anglo-saxonnes ont beaucoup de chance. Quel éditeur français osera éditer des traductions (de ceux-ci et de tant d'autres) ?

  • Je suis d'accord avec toi, et ta remarque vaut pour les ouvrages de tricot : les éditions françaises en restent au B A BA au contenu indigent, hélas !

  • Merci pour ces partages !! de jolies découvertes pour moi !!!

Les commentaires sont fermés.