Nous sommes un peuple politique

Le président s'est adressé hier aux Français, pour la seconde fois en moins d'une semaine.

Je ne reviendrai pas sur le contenu de la première allocution qui m'a semblé acceptable quant à la forme. Mais j'ai été choquée par l'intervention d'hier soir, le 16 mars 2020.

A sept reprises, Emmanuelle Macron a utilisé le terme de "guerre", dans une anaphore (mot entré dans le vocabulaire politique depuis le "moi président" de Hollande !) très militaire ! "Nous sommes en guerre", a-t-il martelé !

La multiplication de ces usages rhétoriques dans les discours des politiques est inquiétante. Guerre contre la drogue, guerre contre le terrorisme, guerre contre le virus... Cet usage d'un champ lexical militaire s'est toujours accompagné de restrictions de libertés. Plus exactement, il a servi à justifier ces restrictions, à les légitimer, voire à délégitimer les critiques des mesures annoncées.

Il est désormais établi que la "guerre contre la drogue" menée aux États-Unis s'est accompagnée d'une politique policière et judiciaire très défavorable aux populations africaines-américaines, latino-américaines, et, plus généralement, aux populations économiquement défavorisées.

En France, la "guerre contre le terrorisme" a permis l'installation dans la durée de l'état d'urgence, parfois dévoyé de sa cible initiale lorsque des militants écologistes ont été assignés à résidence au moment de la COP21. C'est toujours au nom de cette guerre contre le terrorisme qu'Emmanuel Macron fera entrer en 2017 dans le droit général des mesures relevant jusque là de l'exceptionnel état d'urgence.

Etait-il donc nécessaire de recourir au thème de la guerre pour faire accepter les mesures annoncées hier soir ? Lorsque je considère le ton général très paternaliste d'Emmanuel Macron, qui s'adresse aux Français en les admonestant, en décrivant des scènes de panique comme si elles avaient concerné l'immense majorité du territoire, en donnant des conseils naïfs sur un ton que j'ai trouvé infantilisant ("Lisez", comme s'il s'adressait à un peuple illettré !), j'ai le sentiment d'avoir tout simplement été témoin du mépris d'un président à l'égard de ses concitoyens. Le "il suffit de traverser la rue" n'était pas bien loin...

Que les choses soient très claires : je suis volontairement confinée depuis mercredi 11 mars. J'ai limité mes sorties à l'assistance à deux personnes de mon entourages qui avaient été opérées. Je suis consciente des risques que notre pays traverse. Je n'ai donc pas attendu les trois injonctions récentes pour prendre la mesure de la situation.

Mais je crois qu'il faut politiser nos discours et non les militariser. Nous ne sommes pas en guerre !

Nous sommes en paix, et nous allons construire de nouvelles solidarités pour prendre soin les uns des autres sans augmenter la contamination.

Nous sommes en paix, et nous allons assister nos voisins, recevoir leur aide, les saluer de loin, les encourager, accueillir avec joie leurs encouragements.

Nous sommes en paix, et nous allons débattre pour réfléchir ensemble aux meilleures stratégies pour protéger la population de notre pays. Avec l'aide des scientifiques, nous pouvons décider d'accepter ou de refuser la stratégie de recherche d'une immunité grégaire, à condition que les enjeux soient clairement posés. Cette stratégie ne doit pas relever de la seule appréciation du président, après consultation.

Nous sommes en paix, et nous allons en profiter pour imaginer ensemble une nouvelle façon de bâtir politiquement, économiquement, socialement une société résiliente et participative.

Le mouvement des Gilets Jaunes nous a montré la voie : nous savons improviser, imaginer, inventer, innover.

Nous sommes et resterons un peuple POLITIQUE !

Commentaires

  • Tout à fait d’accord avec votre point de vue.

  • Merci !

  • quel plaisir de vous lire
    je suis tombee par hazard en attiree par une laine et me voila sur votre blog
    je me retrouive completement dans vos propos
    et merci merci

  • quel plaisir de vous lire
    je suis tombee par hazard en attiree par une laine et me voila sur votre blog
    je me retrouive completement dans vos propos
    et merci merci

Les commentaires sont fermés.