Expositions - Page 2

  • Musée Toyota (1) : temple du tissage !

    Nagoya abrite les anciens locaux des usines TOYOTA : oui oui, il s'agit bien du constructeur automobile. Quel rapport avec ce blog tout de fils tissé ? Comme on peut s'en douter, il y a eu une vie avant la voiture, et M. TOYODA (avec un D) était un génial inventeur, à l'origine de brevets ayant protégé ses découvertes successives dans l'automatisation des métiers à tisser !

    Le musée TOYOTA permet de comprendre l'évolution de ces métiers à tisser (mais aussi à filer mécaniquement), depuis les métiers manuels jusqu'aux dernières innovations.

    Quel art de la mise en scène et de la pédagogie dans ce musée : un nombre impressionnant de guides (anglophones, ce qui est bien pratique !) permet de faire fonctionner ces machines, en pointant à chaque étape le problème résolu. Ces guides sont d'une extrême gentillesse, disposés à montrer, démontrer, avec beaucoup de patience. Un régal !

    IMG_6217.JPG

    On comprend ainsi que l'automatisation a été confrontée à deux difficultés à résoudre : le changement des bobines dans la navette et la rupture d'un fil de chaîne.

    Le premier métier de M. TOYODA n'automatisait pas cette étape, et un ouvrier devait changer manuellement les bobines toutes les trois minutes : on imagine aisément la perte de temps occasionnée par ces arrêts de la machine. Il fallut donc inventer un changement automatique des bobines, ce qui fut fait !

    Quant à la rupture d'un fil de chaîne, difficile à déceler dès lors que le métier était automatique, elle provoquait un défaut dans l'étoffe tissée : en effet, on remarque aisément un jour échelle en raison de l'absence d'un fil de chaîne, parallèle à la lisière. Il suffisait alors d'imaginer un dispositif qui provoquait l'arrêt du métier en cas de rupture. Une petite pièce auparavant soutenue par le fil de chaîne descendait alors de quelques cm et, le peigne rencontrant cet obstacle, le métier s'arrêtait automatiquement.

    On voit ci-dessous le guide qui abaisse une pièce, ce qui provoquera l'arrêt du métier.

    IMG_6225.JPG

    Procédé tout simple : si le fil passé dans le trou circulaire de la languette se casse, cette tige de métal n'est plus retenue que par la barre métallique et tombe environ 1 à 2 cm plus bas. Il y a bien sûr un autre dispositif, un cliquet, qui provoque l'arrêt du métier dès lors que le peigne est bloqué par la languette. Simple et efficace ! J'adore !

    IMG_6226.JPG

    Tous ces dispositifs ont été progressivement améliorés, avec comme objectif d'augmenter la vitesse de tissage. Les innovations ont consisté alors à rechercher le moyen d'améliorer le passage de la navette. C'est ainsi qu'on peut voir des métiers dont les dispositifs de passage du fil de trame sont différents :

    - deux navettes se rencontrant "au milieu du gué", l'une apportant le fil à la seconde qui le récupère au milieu de l'étoffe. Ainsi, on a divisé par deux le temps de parcours.

    IMG_6236.JPG

    - pour les matières synthétiques, envoi du fil de trame par un jet d'eau puissant !

    IMG_6237.JPG

    - enfin, envoi du fil par un jet d'air non moins puissant !

    On trouve aussi des métiers jacquard, et bien d'autre machines fascinantes !

    IMG_6233.JPG

    IMG_6243.JPG

    IMG_6246.JPG

    Métiers plus anciens, dont des métiers jacquard :

    IMG_6248.JPG

    IMG_6249.JPG

    IMG_6228.JPG

    IMG_6258.JPG

    IMG_6259.JPG

    IMG_6253.JPG

    IMG_6221.JPG

    Bref : on parcourt en 3 heures un siècle d'innovation, et c'est passionnant. Au point de nous faire oublier que ce musée contient une partie aussi pédagogique sur la construction automobile : nous l'avons traversée au pas de course !

    Un prochain article sera consacré au filage mécanique : il intéressera sans doute les fileuses qui, comme moi, on régressé avec délice vers l'usage du rouet ! (Mais je ne suis pas sûre d'avoir la place pour une cardeuse et une fileuse mécanique dans mon salon !)

  • Arimatsu, capitale du shibori

    Qui n'a jamais entendu parler de la technique du "Tie and dye" ? Bien sûr, cette expression renvoie souvent aux souvenirs de T-shirts simplement noués et trempés dans la teinture dans les année 70, régulièrement remis aux goût du jour.

    Mais ces techniques de teintures à réserve sont très anciennes, et ont montré bien souvent toute l’ingéniosité des artisans du textile qui ont multiplié les astuces pour créer des motifs en contrôlant les zones que la teinture pourrait pénétrer : utilisation de cire ici, pliage ou formes maintenues au moyen de presses (itajime) là, ligature au moyen de fil de coton (shibori) ailleurs, etc.

    IMG_5678.JPG

    La ville d'Arimatsu, près de Nagoya, est connue depuis le XVIIème siècle pour avoir développé avec beaucoup d'adresse les techniques de teinture par ligature ou plissage pour réaliser des étoffes devenues célèbres dans tout le Japon. Techniques de longue haleine, qui réclament des mains expertes et vives, comme l'illustre la vidéo ci-dessous.


    On peut visiter le musée Shibori d'Arimatsu et s'initier à cette technique amusante auprès de dames expertes et très encourageantes ! Une expérience à ne pas manquer ! Mais il faudra sans doute quelques années d'entraînement quotidien avant d'acquérir leur rapidité et leur dextérité !

    Voici quelques vues des trésors de ce musée :

    IMG_5709.JPG

    IMG_5710.JPG

    Mais cette technique n'est pas restée ignorée dans le reste du monde : il y a quelques années, j'avais pu découvrir par l'intermédiaire d'une amie le travail d'une artiste textile installée à Lyon : Sophie Guyot.

    ligne-exclusive-so-plicature.jpg

    Ce va-et-vient entre Lyon, notre capitale de la soie et du textile, et le Japon n'est pas unique : un maître tisserand de Kyoto nous a expliqué au cours de la visite de son atelier que des techniques de tissage originaires de Lyon, aujourd'hui perdues en France car non pratiquées, sont désormais conservées parce que des artisans japonais les ont apprises et transmises !

    Et pour finir, voici deux liens vers deux sites intéressants qui permettront à ceux et celles qui le souhaitent de s'initier au shibori et à l'itajime et de connaître l'histoire fameuse d'Arimatsu :

    Petite histoire d'Arimatsu

    Initiation au shibori

    IMG_5717.JPG

    IMG_5720.JPG

  • Fête de la Laine, à Crest (26)

    On le sait, les cordonniers sont les plus mal chaussés : je suis allée à la fête de la laine à Crest pour la première fois, alors qu'une partie de ma famille proche habite cette petite ville drômoise !

    Plus de 50 stands bien achalandés, une foule assez importante, mais on pouvait tout de même circuler dans les allées sans avoir un sentiment d'étouffement. Les exposants proposaient surtout leurs produits finis (tissage, tricots, objets feutrés), et j'aurais aimé trouver plus de matières premières : en somme, les objets exposés étaient le fruit de la belle créativité de leur auteurs, mais je recherchais de quoi nourrir la mienne !

    Soyons juste : j'ai tout de même trouvé de quoi filer, et un fil Malabrigo laine et soie de toute beauté.

    Voici quelques images de cette belle moisson :

    IMG_4462.JPG

    laine, nube, fiber, fibre, rouet, filage, malabrico

    Les deux écheveaux ci-dessous donneront sans doute un fil à broder bien particulier comme celui présenté ici ou !

    laine, nube, fiber, fibre, rouet, filage, malabrico

    laine, nube, fiber, fibre, rouet, filage, malabrico

    laine, nube, fiber, fibre, rouet, filage, malabrico

    laine, nube, fiber, fibre, rouet, filage, malabrico

    laine, nube, fiber, fibre, rouet, filage, malabrico

    laine, nube, fiber, fibre, rouet, filage, malabrico

    laine, nube, fiber, fibre, rouet, filage, malabrico

  • Dentelles d'Amsterdam (2)

     Petite suite d'un précédent article sur les dentelles vues par les maîtres hollandais. Mais pas seulement... Une petite diversion dans une nature morte qui date de la même époque que les autres œuvres (XVIIème siècle), avant de clore la série en faisant un bond de près d'un siècle avec le dernier exemple.

    Les portraits en pied sont tirés du site du Rijksmuseum ou de Wikipedia.

    Johannes Cornelisz Verspronck : Portrait de Maria Van Strijp - 1652

    IMG_3342.JPG

    IMG_3343.JPG

     800px-Johannes_Verspronck.Portret_van_Maria_Strijp.jpg

    Isaac Luttichuys : Portrait d'une jeune femme - 1656

    (Notez la finesse de la dentelle et le rendu délicat de la plume !)

    IMG_3346.JPG

    IMG_3347.JPG

    IMG_3348.JPG

    IMG_3349.JPG

    800px-Een_jonge_vrouw_met_een_struisveer_in_haar_hand,_door_Isaack_Luttichuys.jpgCésar Boétius van Everdingen : Jeune femme se chauffant les mains au-dessus d'un brasier, Allégorie de l'Hiver - 1644-1648

    (Jolies boucles d'oreilles, non ?)

    IMG_3365.JPG

    IMG_3362.JPG

    IMG_3363.JPG

    84529cbcfefa405d318518d43e67ed08.jpg

    Willem Claesz Heda : Nature Morte à la Coupe Dorée - 1635

    IMG_3337.JPG

    IMG_3339.JPG

    Changeons de siècle, mais pas de qualité !

    Jan Adam Kruseman : Portrait d'Alida Christina Assink - 1833

    IMG_3292.JPG

    IMG_3293.JPG

    IMG_3294.JPG

    jan-adam-kruseman-portrait-of-alida-christina-assink-1833.jpg

  • Dentelles d'Amsterdam (1)

    Le Rijksmuseum d'Amsterdam renferme, on s'en doute, des merveilles qu'on ne présente plus : qu'on pense à La Ronde De Nuit, de Rembrandt, ou à La Laitière, vulgarisée par Danone - faut-il s'en réjouir ?

    Mais ce qui nous occupera dans cet article, c'est la manière dont ces peintres Flamands ont interprété les matières, en particulier la dentelle.

    L'idée m'a été inspirée par une remarque de Léa Stansal qui conseillait à ses stagiaires d'observer à une bonne distance leur travail. En effet, faisait-elle remarquer, les dentelles peintes par ces maîtres sont époustouflantes de détails, mais on remarque un travail plus grossier lorsqu'on les observe de très près. On verra néanmoins, dans les photos ci-dessous, que certains de ces peintres ont poussé la précision vraiment très loin !

    Commençons par Frans Hals, qui illustre parfaitement la remarque de Léa Stansal : Portrait d'un Homme - 1635.

    (Il paraît qu'on trouvait que ce peintre avait un trait un peu grossier, peu apprécié par ceux qui désiraient un portrait : bon, il y a vraiment des gens qui prennent peine à nous donner des complexes !)

    IMG_3358.JPG

    IMG_3359.JPG

    Toujours de Frans Hals : Portrait d'une Femme - 1635

    (Il s'agit de l'épouse du précédent. Je vous laisse juger de la "grossièreté" du trait !)

    IMG_3352.JPG

    IMG_3354.JPG

    Van Mierevelt : Frederik Henry, Prince d'Orange - 1632

    IMG_3374.JPG

    Plus prêt ?

    IMG_3373.JPG

    Voici le portrait trouvé sur Wikipedia, sans reflet :

    Frederik_Hendrik_by_Michiel_Jansz_van_Mierevelt.jpg

    Un tableau de Rembrandt : Portrait d'une Femme, Probablement Maria Trip - 1639

    La transparence de l'étoffe blanche (une sorte d'organdi extrêmement fin) est parfaitement rendue : on croit déceler la finesse de la toile, trame et chaîne apparentes.

    IMG_3377.JPG

    IMG_3378.JPG

    (Ci-dessous : source wikipedia)

    Rembrandt_van_Rijn_172.jpg

    Paulus Moreelse : Portrait d'un Homme - 1625

    IMG_3388.JPG

    IMG_3389.JPG

    (Ci-dessous : source wikipedia)

    Portret_van_een_man,_vermoedelijk_uit_het_geslacht_Pauw_Rijksmuseum_SK-C-1440.jpeg

    Un de mes portraits préférés :

    Werner van den Walckert : Portrait d'un Homme avec un anneau en or - 1617

    (On dirait que la fraise a été réalisée avec une étoffe à bords francs, un peu effilochée.)

    IMG_3393.JPG

    IMG_3395.JPG

    IMG_3392.JPG

  • Journée de l'amitié - France Patchwork

    France Patchwork fêtait vendredi 14 novembre ses 30 ans dans toute la France et chaque délégation locale était invitée à participer à cette célébration pour boire une coupe de champagne ensemble, à midi.

    Ce que nous fîmes !

    Cette journée de couture, bavardage et dégustation permet de belles rencontres, et chacune des près de 100 participantes est repartie avec un souvenir réalisé par l'une d'entre nous (c'est un milieu assez féminin, il est vrai) : un ouvrage type "manique" fêtant l'anniversaire des 30 ans.

    Voici l'ouvrage tiré au sort qui m'est échu, réalisé par Michèle : il m'a énormément plu par sa simplicité et le choix des couleurs. 30 ans, 30 cœurs, 30 tissus : une belle réussite et un grand merci à Michèle.

    IMG_0201.JPG

    IMG_0203.JPG

    Voici ma réalisation, toujours dans l'esprit récup' : ça ne casse trois pattes à un canard, mais l'important, c'est de participer, n'est-ce pas ?

    IMG_0081.JPG

    IMG_0085.JPG

    IMG_0083.JPG

    IMG_0093.JPG

    Alors, avec notre aide, FP est repartie pour au moins 30 ans !