Expositions - Page 2

  • Dentelles d'Amsterdam (2)

     Petite suite d'un précédent article sur les dentelles vues par les maîtres hollandais. Mais pas seulement... Une petite diversion dans une nature morte qui date de la même époque que les autres œuvres (XVIIème siècle), avant de clore la série en faisant un bond de près d'un siècle avec le dernier exemple.

    Les portraits en pied sont tirés du site du Rijksmuseum ou de Wikipedia.

    Johannes Cornelisz Verspronck : Portrait de Maria Van Strijp - 1652

    IMG_3342.JPG

    IMG_3343.JPG

     800px-Johannes_Verspronck.Portret_van_Maria_Strijp.jpg

    Isaac Luttichuys : Portrait d'une jeune femme - 1656

    (Notez la finesse de la dentelle et le rendu délicat de la plume !)

    IMG_3346.JPG

    IMG_3347.JPG

    IMG_3348.JPG

    IMG_3349.JPG

    800px-Een_jonge_vrouw_met_een_struisveer_in_haar_hand,_door_Isaack_Luttichuys.jpgCésar Boétius van Everdingen : Jeune femme se chauffant les mains au-dessus d'un brasier, Allégorie de l'Hiver - 1644-1648

    (Jolies boucles d'oreilles, non ?)

    IMG_3365.JPG

    IMG_3362.JPG

    IMG_3363.JPG

    84529cbcfefa405d318518d43e67ed08.jpg

    Willem Claesz Heda : Nature Morte à la Coupe Dorée - 1635

    IMG_3337.JPG

    IMG_3339.JPG

    Changeons de siècle, mais pas de qualité !

    Jan Adam Kruseman : Portrait d'Alida Christina Assink - 1833

    IMG_3292.JPG

    IMG_3293.JPG

    IMG_3294.JPG

    jan-adam-kruseman-portrait-of-alida-christina-assink-1833.jpg

  • Dentelles d'Amsterdam (1)

    Le Rijksmuseum d'Amsterdam renferme, on s'en doute, des merveilles qu'on ne présente plus : qu'on pense à La Ronde De Nuit, de Rembrandt, ou à La Laitière, vulgarisée par Danone - faut-il s'en réjouir ?

    Mais ce qui nous occupera dans cet article, c'est la manière dont ces peintres Flamands ont interprété les matières, en particulier la dentelle.

    L'idée m'a été inspirée par une remarque de Léa Stansal qui conseillait à ses stagiaires d'observer à une bonne distance leur travail. En effet, faisait-elle remarquer, les dentelles peintes par ces maîtres sont époustouflantes de détails, mais on remarque un travail plus grossier lorsqu'on les observe de très près. On verra néanmoins, dans les photos ci-dessous, que certains de ces peintres ont poussé la précision vraiment très loin !

    Commençons par Frans Hals, qui illustre parfaitement la remarque de Léa Stansal : Portrait d'un Homme - 1635.

    (Il paraît qu'on trouvait que ce peintre avait un trait un peu grossier, peu apprécié par ceux qui désiraient un portrait : bon, il y a vraiment des gens qui prennent peine à nous donner des complexes !)

    IMG_3358.JPG

    IMG_3359.JPG

    Toujours de Frans Hals : Portrait d'une Femme - 1635

    (Il s'agit de l'épouse du précédent. Je vous laisse juger de la "grossièreté" du trait !)

    IMG_3352.JPG

    IMG_3354.JPG

    Van Mierevelt : Frederik Henry, Prince d'Orange - 1632

    IMG_3374.JPG

    Plus prêt ?

    IMG_3373.JPG

    Voici le portrait trouvé sur Wikipedia, sans reflet :

    Frederik_Hendrik_by_Michiel_Jansz_van_Mierevelt.jpg

    Un tableau de Rembrandt : Portrait d'une Femme, Probablement Maria Trip - 1639

    La transparence de l'étoffe blanche (une sorte d'organdi extrêmement fin) est parfaitement rendue : on croit déceler la finesse de la toile, trame et chaîne apparentes.

    IMG_3377.JPG

    IMG_3378.JPG

    (Ci-dessous : source wikipedia)

    Rembrandt_van_Rijn_172.jpg

    Paulus Moreelse : Portrait d'un Homme - 1625

    IMG_3388.JPG

    IMG_3389.JPG

    (Ci-dessous : source wikipedia)

    Portret_van_een_man,_vermoedelijk_uit_het_geslacht_Pauw_Rijksmuseum_SK-C-1440.jpeg

    Un de mes portraits préférés :

    Werner van den Walckert : Portrait d'un Homme avec un anneau en or - 1617

    (On dirait que la fraise a été réalisée avec une étoffe à bords francs, un peu effilochée.)

    IMG_3393.JPG

    IMG_3395.JPG

    IMG_3392.JPG

  • Journée de l'amitié - France Patchwork

    France Patchwork fêtait vendredi 14 novembre ses 30 ans dans toute la France et chaque délégation locale était invitée à participer à cette célébration pour boire une coupe de champagne ensemble, à midi.

    Ce que nous fîmes !

    Cette journée de couture, bavardage et dégustation permet de belles rencontres, et chacune des près de 100 participantes est repartie avec un souvenir réalisé par l'une d'entre nous (c'est un milieu assez féminin, il est vrai) : un ouvrage type "manique" fêtant l'anniversaire des 30 ans.

    Voici l'ouvrage tiré au sort qui m'est échu, réalisé par Michèle : il m'a énormément plu par sa simplicité et le choix des couleurs. 30 ans, 30 cœurs, 30 tissus : une belle réussite et un grand merci à Michèle.

    IMG_0201.JPG

    IMG_0203.JPG

    Voici ma réalisation, toujours dans l'esprit récup' : ça ne casse trois pattes à un canard, mais l'important, c'est de participer, n'est-ce pas ?

    IMG_0081.JPG

    IMG_0085.JPG

    IMG_0083.JPG

    IMG_0093.JPG

    Alors, avec notre aide, FP est repartie pour au moins 30 ans !

  • Patchwork à Ste Marie-aux-Mines (4)

    Le Japon était bien représenté pour cette vingtième édition du Carrefour Européen du Patchwork, mais les œuvres présentées auraient mérité plus de recul pour qu'on puisse les observer dans de meilleures conditions.

    On pouvait admirer un patchwork de Yoko Okamoto qui était... époustouflant !

    IMG_8801.JPG

    Détails :

    IMG_8802.JPG

    Approchons encore plus près pour observer le grain de l'étoffe de soie...

    IMG_8803.JPG

    Toujours plus près...

    IMG_8806.JPG

    On peut apprécier à la fois les ouvrages simples et utilisant des étoffes modestes, de récupération, comme les quilts amish ou mennonites, sans pour autant passer à côté d'œuvres luxueuses et raffinées telles que celle-ci : c'est l'opportunité qu'offre le Carrefour Européen !

    Il y a deux ans, j'avais pu admirer un autre patchwork de cette artiste japonaise, mais je ne l'avais pas présenté dans ce blog : le voici enfin (un quilt "anneaux de mariage"), et on pourra observer que la patte de l'artiste est bien la même !

    IMG_2033.JPG

    Un petit zoom permet de reconnaître à la fois le style, la nature des étoffes et la perfection de la réalisation !!!

    IMG_2035.JPG

    Ces deux quilts "cathédrale" sont en soie, et de petite taille (tapis de table, environ 0,4 m par 1 m) : pas d'étiquette pour les identifier ! Celui bordé de blanc, composé de carrés inscrits dans des cercles, était plus séduisant : la bordure noire et la forme allongée des blocs rend le premier plus dur.

    IMG_8808.JPG

    IMG_8807.JPG

    Une autre œuvre dont je ne peux fournir ni le nom de l'auteur ni une vue d'ensemble, à cause du manque de recul. Mais il s'agissait d'un travail très intéressant sur une variation du log cabin, avec un soin particulier mis dans le choix des couleurs et le jeu des valeurs.

    IMG_8804.JPG

    Et pour terminer, un tableau très joyeux, tout en longueur, comme une porte étroite. Là encore, j'ai négligé de relever le nom de l'artiste !

    IMG_8811.JPG

    Après une petite pause tricot et couture, le prochain article sur SMM sera consacré aux quilts amish et mennonites...

  • Patchwork à Ste Marie-aux-Mines (3)

    Pour ce troisième volet de partage sur les expositions du Carrefour Européen du Patchwork, je propose de rester en Scandinavie pour découvrir quelques vues des quilts de Lisa Karlsson.

    Cette artiste propose de grands patchworks, utilisant souvent une palette réduite, mais offrant des contrastes importants : c'est en particulier le cas de ses patchworks noir et blanc, largement exposés à Ste Marie-aux-Mines.

    IMG_8832.JPG

    e7d0a0f8feb176b4b7637ef3cc10fb1b.jpg

    Patchwork bleu, éclairé de touches de couleurs vives. Les carrés colorés sont taillés dans des lainages ou des velours, ras ou côtelés, aux teintes denses.

    IMG_8712.JPG

    Détail du précédent :

    IMG_8835.JPG

    Un grand patchwork ci-dessous, dont je ne présente qu'une partie, car le recul ne me permettait pas de proposer l'ensemble.

    IMG_8711.JPG

    Des rouges et des jaunes composent ce quilt graphique. Comme dans le patchwork noir, blanc et bleu, Lisa Karlsson a introduit une pièce de couleur à une place incongrue : une manière de faire signe, de saluer, dit-elle, lorsqu'on l'interroge à ce sujet.IMG_8704.JPG

    IMG_8830.JPG

    Prochain article sur Ste Marie-aux-Mines : le Japon !

  • Patchwork à Sainte-Marie-aux-Mines (2)

    Inger Johanne Rasmussen est une artiste norvégienne dont les œuvres sont stupéfiantes : elles s'apparentent aux tapisseries contemporaines par leur univers pictural et leur taille imposante, voire monumentale, bien qu'il ne s'agisse pas de tapis tissés mais d'un puzzle figuratif et ornemental de lainages feutrés et teints à la main.

    IMG_8746.JPG

    Le drapé dans le tableau ci-dessus est un effet trompe-l’œil saisissant. Et ce travail sur les triangles, au graphisme puissant, laisse deviner un village planté sur un coteau, dont une maison laisse échapper des volutes de fumée de sa cheminée. C'est à la fois gai et plein de force et de mouvement. Cela évoque Auguste Herbin, ou encore les Futuristes... Les Cubistes ne seraient pas trop loin, il me semble, si Inger Johanne Rasmussen n'utilisait pas une palette riche et variée, lumineuse et dense.

    La méthode utilisée par Inger Johanne Rasmussen s'apparente à l'intarsia bien connu des tricoteuses, qui se distingue du jacquard par le fait que les fils de couleur ne courent pas tout le long du rang : il s'agit au contraire de tricoter des zones de couleurs qui forment des taches contiguës.

    Si on interroge Inger Johanne Rasmussen - ce qui était possible, car l'artiste était présente sur les lieux de l'exposition - elle explique gentiment comment elle s'y prend pour pour former ses motifs.

    IMG_8734.JPG

    Cela semble très simple lorsqu'elle le dit avec un grand sourire - elle utilise du "visofix" pour coller les éléments de ses tableaux et les maintient par un feston discret ton sur ton -, mais qu'on ne s'y trompe pas : la maîtrise des formes et des couleurs est celle d'une artiste chevronnée. Rien d'étonnant alors si ses œuvres sont exposées dans des musées ou des galeries, en Norvège, au Japon,  ou en Suède, par exemple.

    tekst.rette-vrange.jpg

    IMG_8732.JPG

    Détail du tableau précédent :

    IMG_8733.JPG

    Détail d'une longue fresque impossible à photographier en entier mais qu'on trouve sur le site de l'artiste : je la reproduis ci-après, avec l'aimable autorisation d'Inger Johanne Rasmussen. On retrouve dans ce travail tout le soin que met l'artiste à la recherche d'effets de couleurs et de lumière.

    IMG_8743.JPG

    IMG_8739.JPG

    bomuld-to-dorer-38-39-1306084204D8.jpg

    Une pure merveille de 5 ou 6 mètre de long !

    Inger Johanne Rasmussen a réalisé une autre fresque qu'on trouve sur son site et reproduite ci-dessous de gauche à droite...

    bomuld-sondagstur-venstre-lav-76-77-1306114450D8.jpg

    ... ou de droite à gauche !

    bomuld-sondagstur-hoyre-78-79-1306114449D8.jpg

    Un tableau vertical qui joue avec la lumière : le nénuphar aux formes arrondies et figuratives s'impose à nous sur ce fond très géométrique...

    IMG_8736.JPG

    Voici la fée Inger Johanne Rasmussen, aux côtés d'une de ses œuvres les plus particulières, mais que je n'ai pu admirer à Ste-Marie-aux-Mines :

    A-M-og-meg-venstre.jpg

     

    flom-hele.jpg

    flom-detalj-venstre.jpg

    Ces photos donnent une idée de la taille des tableaux !

    klipper-skogen-01.jpg

    atelier-med-sondagstur.jpg

    Une artiste à suivre absolument !!!

    Allez faire un tour sur son site : j'ai reproduit les photos qu'on y trouve avec l'autorisation de Inger Johanne Rasmussen qui m'a répondu dans l'heure avec beaucoup de gentillesse. Vous y trouverez aussi tous les noms des tableaux.

    Le prochain article présentera un second coup de cœur du Carrefour !