Patchwork - Page 2

  • Exposition de patchworks en Allemagne

    Les lecteurs réguliers de ce blog connaissent déjà Katell Renon, talentueuse blogueuse et quilteuse, animatrice d'un blog collectif, La Ruche des Quilteuses, et partenaire du "Fil à malice" pour la promotion du pi-day, l'an dernier.

    Katell vient de publier un article alléchant sur une exposition de 50 patchworks modernes à Neumünster, dans le nord de l'Allemagne (région de Hambourg).

    8b3af4_1c0868b4c5584b97bdd173e3870fb2c6~mv1.jpg

    Kit Vincent

    De loin, l'artiste que je préfère dans la sélection que j'ai pu admirer dans les blogs ou les sites des exposantes !

    La commissaire de l'exposition est Nancy Crow, qui y expose elle-même une de ses œuvres.

    4fb6d682b7bd8517a96c6e06ce25645f.jpg

    Nancy Crow

    Une Française (Annemarie Kowach), une Japonaise (Ayako Yamabayashi), une Écossaise (Lesley Knox) figurent dans la sélection. Toutes les autres artistes (il me semble qu'il n'y a que des femmes) viennent d'Allemagne, de Suisse, des USA ou du Canada.

    desperate verzweifelt.JPG

    Edith Bieri-Hanselmann

    Allez faire un tour dans La Ruche des Quilteuses, vous y trouverez des liens vers des blogs montrant des vues de cette exposition, située dans un musée du textile : les patchworks de taille imposante côtoient les machines d'usine (fileuses, cardeuses, etc), écrin parfait pour ces œuvres parfois monumentales !

    36e9c0dbf9347403ffff80f1ffffffe6.jpg

    Ursula König

    Vous pouvez aussi visiter le blog de Uta Hansons qui a consacré un article à cette exposition : comme elle l'écrit elle-même, la taille parfois imposante des patchworks exposés justifie qu'on se déplace pour les admirer in situ !

  • Les ellipses : le retour !

    Les ellipses se faisaient rares, ces derniers mois, mais il est vrai que je ne souhaitais pas reproduire un patchwork déjà réalisé. Rien ne me me motive moins ! Mais renouveler l'expérience en faisant jouer le paramètre "lumière", voilà un défi que je souhaitais modestement relever.

    Inspiré du travail d'une artiste japonaise dont je ne peux donner le nom (je ne sais pas lire le japonais !), mais dont j'avais déjà remarqué les jeux de lumières, voici dont le top presque achevé de ce nouveau patchwork "à la manière de Vasarely".

    IMG_6507.JPG

    Les carrés de fond sont taillés dans des tissés japonais aux teintes subtiles, et les ellipses sont coupées dans des imprimés japonais ou dont le style s'accordait bien avec les étoffes japonaises traditionnelles.

    IMG_6510.JPG

    IMG_6511.JPG

    IMG_6512.JPG

    IMG_6514.JPG

    a la manière de vasarely,quilt,patchwork,ellipse,japonais,tissés teints

    Je suis à la recherche d'un tissu pour augmenter la taille du top. Je ne suis pas fan des bordures régulières, mais je me laisse aller parfois à cette solution de facilité lorsque l'élégance classique des tissus n'en est pas éclipsée. Mais je m'assurerai de garder la dissymétrie qu'exige le style japonais !

  • Arimatsu, capitale du shibori

    Qui n'a jamais entendu parler de la technique du "Tie and dye" ? Bien sûr, cette expression renvoie souvent aux souvenirs de T-shirts simplement noués et trempés dans la teinture dans les année 70, régulièrement remis aux goût du jour.

    Mais ces techniques de teintures à réserve sont très anciennes, et ont montré bien souvent toute l’ingéniosité des artisans du textile qui ont multiplié les astuces pour créer des motifs en contrôlant les zones que la teinture pourrait pénétrer : utilisation de cire ici, pliage ou formes maintenues au moyen de presses (itajime) là, ligature au moyen de fil de coton (shibori) ailleurs, etc.

    IMG_5678.JPG

    La ville d'Arimatsu, près de Nagoya, est connue depuis le XVIIème siècle pour avoir développé avec beaucoup d'adresse les techniques de teinture par ligature ou plissage pour réaliser des étoffes devenues célèbres dans tout le Japon. Techniques de longue haleine, qui réclament des mains expertes et vives, comme l'illustre la vidéo ci-dessous.


    On peut visiter le musée Shibori d'Arimatsu et s'initier à cette technique amusante auprès de dames expertes et très encourageantes ! Une expérience à ne pas manquer ! Mais il faudra sans doute quelques années d'entraînement quotidien avant d'acquérir leur rapidité et leur dextérité !

    Voici quelques vues des trésors de ce musée :

    IMG_5709.JPG

    IMG_5710.JPG

    Mais cette technique n'est pas restée ignorée dans le reste du monde : il y a quelques années, j'avais pu découvrir par l'intermédiaire d'une amie le travail d'une artiste textile installée à Lyon : Sophie Guyot.

    ligne-exclusive-so-plicature.jpg

    Ce va-et-vient entre Lyon, notre capitale de la soie et du textile, et le Japon n'est pas unique : un maître tisserand de Kyoto nous a expliqué au cours de la visite de son atelier que des techniques de tissage originaires de Lyon, aujourd'hui perdues en France car non pratiquées, sont désormais conservées parce que des artisans japonais les ont apprises et transmises !

    Et pour finir, voici deux liens vers deux sites intéressants qui permettront à ceux et celles qui le souhaitent de s'initier au shibori et à l'itajime et de connaître l'histoire fameuse d'Arimatsu :

    Petite histoire d'Arimatsu

    Initiation au shibori

    IMG_5717.JPG

    IMG_5720.JPG

  • La pivoine et la jeune fille

    Comment résister au charme de jeunes filles si désireuses de se laisser admirer dans leurs belles parures ornées de fleurs (pivoines, chrysanthèmes, anémones, et, bien sûr, fleurs de cerisier...) Elles se sont laissé photographier de bonne grâce et nous pouvons dès lors contempler la richesse des coloris de leurs vêtements de fête.

    IMG_4877.JPG

    IMG_4874.JPG

    IMG_4876.JPG

    La pivoine : la plus parfaite des fleurs, dans le Jardin de Pivoines du parc Ueno, à Tokyo...

    IMG_5933.JPG

    IMG_5950.JPG

    IMG_5958.JPG

    IMG_5980.JPG

    IMG_5968.JPG

    A moins qu'il ne s'agisse de la fleur de camélia, dans un jardin botanique de la ville de Nara...

    IMG_5211.JPG

    IMG_5213.JPG

    Dans tous les cas, la splendeur de la saison des fleurs ne pouvait laisser indifférents les artistes qui ont su magnifier cette nature maîtrisée dans les étoffes qu'ils ont tissées ou imprimées.

    Mais ne nous laissons-nous pas emporter nous-mêmes dans la passion pour les imprimés floraux de créateurs textiles bien connus du monde du patchwork ? Kaffe Fassett ou Philip Jacobs, par exemple, qui ont édité des étoffes qui résonnent avec ces tissus orientaux si fascinants !

    En voici quelques exemples :

    UMX-PWPJ069_tcm71-136960.jpg

    Large_0339545.jpg

    img_0008.jpg

    6435004.jpg

    Cela ne donne-t-il pas envie de réaliser avec l'un de ces tissus une petite robe de forme kimono, fraîche et légère ?...

  • Cerisiers en fleurs

    La saison des cerisiers en fleurs au Japon est très courte : mais on en jouit longtemps, si l'on considère qu'elle est attendue, fêtée, admirée, et qu'on en conserve le souvenir plusieurs semaines durant... Sans oublier les mille manières de rappeler dans l'art textile cette explosion printanière.

    IMG_4873.JPG

    IMG_4682.JPG

    IMG_5326.JPG

    IMG_5042.JPG

    IMG_4943.JPG

    IMG_5145.JPG

    IMG_5052.JPG

    En effet, qu'il s'agisse de patchworks, de broderie ou d'imprimés, contemporains ou plus anciens, le motif de ces fleurs à cinq pétales, dans leur version simple, n'a cessé d'inspiré les créateurs de ces textiles.

    C'est ainsi qu'on trouve au Musée National de Tokyo ce kimono ancien bronze dont les motifs peints ont été rebrodés de manière à laisser apparaître le dessin initial (une idée que ne renierait pas Léa Stansal !)

    IMG_5871.JPG

    IMG_5863.JPG

    IMG_5861.JPG

    Ou encore, celui-ci, dont les fleurs sont nettement stylisées.

    IMG_5837.JPG

    Mais les kimonos actuels ne sont pas en reste : ils utilisent largement les motifs floraux, qu'il s'agisse des fleurs de cerisier, des chrysanthèmes, des camélia...

    IMG_4808.JPG

    IMG_4885.JPG

    A suivre !

  • Transmission

    Les feuilles de lierre brodées de Léa Stansal sont très faciles à réaliser pour peu qu'on soit un peu guidé. C'est ainsi qu'Emmanuelle et Hélène sont venues dans mon atelier pour s'y initier. Le "tissu" de fond ? Une tapisserie appartenant à Emmanuelle, brodée au demi-point et assez terne. Couleurs sombres, à la mode d'antan, qui donnent un parfait fond pour ces feuillages.

    Un peu de ruban fantaisie, de papier ou d'azlon, une touche de laine St Pierre, du coton perlé et des perles bien vives... Voici nos trois feuilles presque terminées !

    IMG_4493.JPG

    IMG_4489.JPG

    IMG_4498.JPG

    IMG_4494.JPG

    IMG_4496.JPG

    Sur ma lancée, je m'y suis aussitôt remise avec mes propres restes de tapisserie.

    Une version d'un vert plus acide, mais qui a aussi beaucoup d'impact !

    IMG_4506.JPG

    IMG_4507.JPG

    IMG_4504.JPG

    IMG_4502.JPG

    IMG_4500.JPG

    Tout ces éléments (tweed, feuilles, toile de Jouy et canevas) semblent faits les uns pour les autres, non ?