Portraits de créateurs - Page 2

  • Une journée de broderie : joie intense !

    Passer une journée chez Léa Stansal, c'est avoir la garantie de pouvoir broder toute la journée : pas de courses à faire, de repas à préparer (chez nous, toutes ces tâches sont partagées), de coup de fil intrusif, de lettres ou articles à rédiger, etc. Broder, broder, broder !

    Et s'enrichir des ouvrages des compagnes de broderie (ou de compagnons, plus rarement).

    Nous avons commencé par admirer les vêtements brodés de Cécile et Fabienne, dont voici un aperçu ci-dessous, dans des photos un peu décevantes : tout va si vite, chez Léa, il y a tant à admirer, qu'il faut photographier plus vite que son ombre ! Mais Cécile a fort heureusement la gâchette facile et vous pourrez voir sur son blog un échantillonnage plus large des ouvrages présentés.

    IMG_4356.JPG

    IMG_4339.JPG

    IMG_4347.JPG

    IMG_4343.JPG

    IMG_4358.JPG

    Et ces fleurs sont brodées par Fabienne (pas moi !)...

    IMG_4350.JPG

    IMG_4349.JPG

    ... sur une culotte d'enfant tricotée ! Charmant, non ?

    IMG_4350 - Copie.JPG

    Le kit écureuil de Léa a été brodé, monté en grande pièce par Chantal de façon magistrale : on voit les mains de Léa s'agiter pour nous donner une leçon de composition !

    11349391454260227-PqkG.gif

    Encore un trésor sorti des sacs : la soie bleu lavande est d'une luminosité rarement rencontrée dans ces coloris. A noter : le tissu de fond est un tissé japonais (ou approchant) qui a été utilisé à l'envers. C'est du plus bel effet !

    IMG_4360.JPG

    IMG_4361.JPG

    IMG_4364.JPG

    Fleurs et personnages : un mariage toujours aussi réussi !

    IMG_4368.JPG

    IMG_4348.JPG

    Et les fleurs n'étaient en effet pas en reste, comme le montre cette broderie rehaussée de fils de soie !

    IMG_4351.JPG

    IMG_4352.JPG

    Ou ce morceau de tissu charmant :

    IMG_4353.JPG

    Et puisqu'il était question de sortir ses encours, j'ai dégainé mes cœurs mexicains !

    IMG_4365.JPG

    IMG_4366.JPG

  • Stage avec Sophie Touret

    La broderie en 2D, c'est bien. Mais la 3D permet de l'envisager comme la sculpture, en autorisant toutes les audaces. Un peu comme si ce pas dans le vide conduisait à la porte du monde d'Alice, merveilleux parce qu'il déforme le regard porté sur les objets usuels. Objets tels que nous les connaissons, mais différents aussi !

    Sophie Touret a endossé le costume de Lewis Caroll pour un groupe de 8 stagiaires dont je faisais partie : elle est venue à Arles, à l'invitation de Marianne Lemoine (filfollet). Heureuse initiative !

    portrait-283x300.jpgSophie Touret est une artiste textile qui utilise divers médias pour créer des "sculptures-poèmes" : comment qualifier autrement les objets qu'elle crée qui oscillent entre le réalisme et le rêve ? A mi chemin entre les deux, le regard reconnaît immédiatement de quoi il retourne (un arbre, une barque, une maison) mais s'étonne de la fragilité de ce qu'il voit, des détails incongrus qui démentent l'impression première... "C'est mieux si ça ne ressemble pas", dit-elle. Et bien, à y regarder de près, "ça ne ressemble pas du tout !"

    Ce stage nous ouvrait le chemin des maisons, sur leur île de verdure.

    Voici quelques images de ce que le groupe (dans l'ordre d'apparition des photos : Anne, Marie-Christine, Claudie, Marielle, Véronique, Marianne, Karine, et Fabienne) a pu réaliser :

    IMG_2348.JPG

    IMG_2335.JPG

    IMG_2334.JPG

    IMG_2344.JPG

    IMG_2345.JPG

    IMG_2340.JPG

    IMG_2330.JPG

    IMG_2327.JPG

    Une satisfaction : avoir pu utiliser des laines en stock, assez bien adaptées à cet usage. J'aurais pu employer des laines très poilues que proposaient de me donner plusieurs stagiaires, avec générosité, mais j'ai préféré essayer de faire diminuer mon lot de laines "vilaines" qui emplissent mes placards. Mais il me faudra bien en venir à ces extrémités : acheter des laines réputées laides, poilues, velues, chevelues, qui grattent, piquent, chatouillent, pour les transformer en autant d'ilots de verdure amusants.

    L'effet est saisissant !!!

    Quelques vues des travaux en cours :

    IMG_2288.JPG

    IMG_2289.JPG

    IMG_2290.JPG

    IMG_2291.JPG

    IMG_2292.JPG

    IMG_2293.JPG

    IMG_2294.JPG

    IMG_2295.JPG

    IMG_2298.JPG

    Jeu de transparence...

    IMG_2300.JPG

    IMG_2306.JPG

    IMG_2308.JPG

    Une île pastel... "ça ne ressemble pas tout-à-fait", n'est-ce pas ?

    IMG_2310.JPG

    Photo de groupe, pour terminer :

    IMG_2353.JPG

  • Coup de coeur pour Victor Vasarely

    Ma rencontre avec l’œuvre de Vasarely (né en Hongrie en 1906, mort en France en 1997) remonte à mes 14 ans : c'est à une jeune prof de lettre que la petite Marseillaise que j'étais doit d'avoir découvert à la fois Aix-en-Provence et cet artiste si atypique. Tout à la fois, mes yeux ont découvert le charme suranné des ruelles de cette ville provençale, icône des touristes européens ou américains, et le graphisme puissant des tableaux monumentaux de Vasarely.

    Contraste fort, mais coup de foudre de même intensité !

    Ce n'est donc pas un hasard si le patchwork m'a parfois conduite vers cet univers de formes et de couleurs, au point de baptiser certains de mes quilts "à la manière de Vasarely".

    Ci-dessous, le tableau Folkokta, de Vasarely (difficile de trouver des sources sur le web pour donner des dates, car la propriété des œuvres de Vasarely semble faire l'objet de nombreuses controverses, disputées à coup de jugements du tribunal de grande instance. On en est donc réduit à montrer des tableaux sans avoir beaucoup d'éléments pour les situer dans le temps !)

    Ne pourrait-on imaginer un patchwork ressemblant à cela ?

    artwork_images_1047_688391_victor-vasarely.jpg

    vasarely1.jpg

    Si les deux précédents mettent surtout en scène un jeu de couleurs en aplat, les exemples ci-dessous illustrent bien la manière dont Vasarely joue avec les formes pour faire naître des volumes.

    075ae8e8c2c923746e3f2a95724e1036.jpg

    victor-vasarely-squares.jpg

    victor%20vasarely%20opus%202604.jpg

    VictorVasarelyTriennalediMilano.JPG

    Mais quittons la couleur pour plonger dans les formes pures, relevées par le noir et blanc ou les teintes neutres : l'illusion d'optique est là, qui montre un travail formel, aboutissement de la découverte à la Renaissance de la perspective. L'artiste semble prendre le contre-pied des règles de représentation du réel pour introduire du mouvement et du volume en s'affranchissant de la peinture figurative pour nous entrainer dans l'abstraction formelle.

    430f12a69a198bf3228f8177ed436624.jpg

    29636ba8a257dc515d8b3cd139415844.jpg

    a1216c27ec023791a9be63c8493c62a6.jpg

    J'aime beaucoup ! Et vous ?

  • Deux livres, deux sources fécondes !

    Au départ, il y a un patchwork, déjà montré dans ce blog. Et puis la redécouverte de ce lieu, Gee's Bend, qui a vu naître un style de quilt, empreint de liberté et d'inventivité. Enfin, un commentaire de Marianne, du blog Filfollet, à propos d'un livre sur ce groupe de Gee's Bend.

    MW_%22One_Patch%22_1717.jpg

    index.jpgCe livre en anglais, Gee's Bend - The architecture of the quilt, est une mine iconographique autant qu'historique sur ce territoire de la "Black Belt", niché dans un méandre de l'Alabama. Il a inspiré mon dernier ouvrage en jeans recyclés.

    On y découvre des patchworks anciens, mais aussi plus récents : la reconnaissance dans les années 2000 du monde de l'Art du caractère innovant et original de ces ouvrages autrefois méprisés a en effet permis un renouveau de la pratique du patchwork dans ce village américain.

    L'histoire des habitants de Gee's Bend, depuis l'abolition de l'esclavage jusqu'à l'aube du XXIème siècle, évoque la vie dans le village et l'impact sur celui-ci des grands évènements qui ont marqué les USA : la crise de 29, la seconde guerre mondiale, la lutte pour les droits civiques...

    Et l'on découvre les contributions des quilteuses au fil du temps : je propose de présenter aujourd'hui les magnifiques quilts de Martha Pettway (1911-2005).

    8b221e2ffa15c5ae7479408e26754005.jpg

    Martha Pettway -"Half-Log Cabin" variation, années 1930

    ce0575218ea80a3d25b864db653c6330.jpg

    Martha Pettway -"Half-Squares", années 1930

    8619c36b6b04422c0d9441a113043886.jpg

    Martha Pettway -"Housetop" variation, années 1930

    ad16b0f3768b4818302d9936d42bde4f.jpg

    Martha Pettway -"Half-Log Cabin" variation, années 1930

    Le deuxième livre n'est pas moins étonnant et inspirant : il s'agit de Unconventional & unexpected: American quilts below the radar.

    index.jpg

    IMG_0560.JPGC'est dans cet ouvrage que j'ai puisé le modèle ayant inspiré un de mes précédents patchworks.

    Ce livre, lui aussi en anglais, démontre que le monde du patchwork ne s'arrête pas à la première guerre mondiale : sa vitalité est manifeste, et d'autant plus lorsqu'on ose s'affranchir en toute liberté des règles et des contraintes.Et c'est précisément le message que l'auteur, Roderick kirakofe, cherche à transmettre.

    Certains des quilts qu'il a pu réunir sont anonymes. Tous sont étonnants, et les photos magnifiques les mettent bien en valeur, qu'il s'agisse d'une vue d'ensemble ou de détail.

    En voici une petite sélection pour mettre l'eau à la bouche...

     

    IMG_1010 - Version 2.jpg

    String Diamond - 1930-19608640ecf49d36458984ab639b4d031bc9.jpg

    Unknown Pattern, attribué à Sally Owens - 1975-2000138e88818543e29c5f760f16a69531b3.jpg

    String X, attribué à Maggie Townsend - 1950-197580eed8898b05ea067cdb3da720138543.jpg

    Unknown Pattern - 1950-1975

    Vous pouvez aussi consulter le blog "La ruche des quilteuses" pour plus d'informations au sujet de ce ouvrage.

  • Les patchworks d'Annie Mae Youg et ma version

    Voici un moyen efficace pour venir à bout (presque !) d'un stock de jeans TRÈS fatigués :

    IMG_0563.JPG

    J'avais croisé le chemin de ce patchwork d'Annie Mae Young :

    q026-10_jpg.jpg

    Parenté évidente, n'est-ce pas ? Et ce quilt me trottait dans la tête depuis bien longtemps !

    Jusqu'à ce que je me penche plus avant sur l’œuvre de ces quilteuses américaines évoquées ICI. Annie Mae Young est en effet une des artistes de Gee's Bend, ce village de l'Alabama (USA) niché dans un méandre de la rivière éponyme.

    Les quilts que je connais d'elle sont en apparence très simples et associent des textiles divers, souvent de récupération (toiles de jean, velours côtelés ou non, et autres étoffes), coupés en bandes assemblées entre elles dans des compositions d'un graphisme extrêmement puissant.

    En voici un autre que j'aime particulièrement :

    q026-14_jpg.jpgLe premier semble essentiellement composé de rectangles de toile (jean), et le second de velours. Leur point commun : une grande maîtrise de la composition !

    En voici quelques autres, qui me séduisent moins :q026-09_jpg.jpg

    q026-03_jpg.jpg

    Et que dire de celui-ci ?

    Annie_Mae_Young_Bars_and_blocks_work_clothes_1641.jpg

    Étonnant comme ce quilt et les deux premiers me font penser aux "Boro", ces couvertures de morceaux de chanvres, teintées dans l'indigo ou laissées bruts, qu'on trouve au nord du Japon et que j'avais aperçues à Nantes.

    IMG_4132.JPG

    IMG_4126.JPG

    IMG_4124.JPG

    Même esprit de récup', mais à des milliers de km de l'Alabama, dans une région elle aussi assez enclavée car montagneuse et éloignée du centre politique, si j'en crois cette blogueuse qui propose de longs articles très intéressants sur le sujet (je n'ai pas trouvé son nom sur son site : elle semble très bien connaître le Japon, voire en être originaire). En somme, les mêmes causes (isolement et pauvreté) semblent avoir produit les mêmes effets !

    Quelques vues de détail, pour terminer, de ce top qui sera peut-être quilté à la manière japonaise : une façon de réunir dans ce travail les quilteuses de la région d'Aomori et celles de Gee's Bend !

     

    IMG_0566.JPG

    IMG_0568.JPG

    IMG_0571.JPG

    IMG_0573.JPG

  • Gee's Bend quilters

    Gee's Bend est une localité de l'Alabama (USA) qui était un site de culture du coton au XIXème siècle. Ce village est situé sur la "Black Belt", cette région du sud-est des États-Unis en forme de croissant, où se trouvait une forte concentration d'esclaves contraints de ramasser le coton.

    Black_belt_counties.png

    La guerre de sécession a mis un terme à l'esclavage aux USA, mais c'est un régime de ségrégation qui a pris le relais, provocant souvent la relégation et l'isolement des populations Afro-Américaines dans des ghettos. Gee's Bend est un de ces villages isolés.

    C'est là qu'est né au XIXème un courant de patchworks extrêmement intéressants par leur originalité, leur modernité et leur fraîcheur : les quilts de Gee's Bend frappent en effet l'observateur par leur simplicité - très éloignée des patchworks minutieux et réguliers qu'on pouvait trouver alors - et leur motifs géométriques.

    J'ai choisi de présenter ici 4 patchworks de Magdalene Wilson (1898 - 2001), un membre du groupe de Gee's Bend : je ne sais si elle est la meilleure représentante du groupe, mais je suis séduite par ses œuvres !

    MW_%22One_Patch%22_1717.jpg

    Magdalene Wilson, années 1950

    MW_%22North_Star%22_variation_1711_0.jpg

    Magdalene Wilson, années 1930

    MW_%22Broken_Star%22_variation_1715_0.jpg

    Magdalene Wilson, années 1925

    MW_%22One_Patch%22_1713.jpg

    Magdalene Wilson, années 1940

    D'autres artistes de ce groupe sont à découvrir sur un site qui leur est en partie consacré : il vous suffit de cliquer ICI ou sur une des images de patchworks ci-dessus pour vous y rendre. Toujours actives, les femmes de ce villages continuent à inventer de nouveaux quilts, dans l'esprit d'indépendance et d'innovation de celles qui les ont précédées !