Portraits de créateurs - Page 3

  • "Patchwork du coeur" dessiné par Christian Lacroix

    J'avais eu l'occasion, comme certains Marseillais, d'admirer en 2009 le quilt monumental dessiné en 1998 par Christian Lacroix : le fameux "Patchwork du coeur". Il était alors exposé à la Maison de l'Artisanat, Cours Estienne d'Orves, et était impressionnant par sa taille.

    Dans des nuances de rouge, composé de 400 carrés, sa réalisation collective avait mobilisé  près de 360 personnes différentes pour obtenir un patchwork de 4 mètres de côté.

    Bref : de quoi border le lit d'un couple de mutants sortis du monde de Gulliver !

    Le voici ci-dessous :

    patch du coeurtsr190.jpg

    Impressionnant, n'est-ce pas ?

    Mais l'histoire ne s'arrête pas là : la revue "Magic Patch" (Editions de Saxe) a proposé quelques temps après une version de taille réduite de ce quilt (1 mètre de côté, tout de même !)

    Jusque là, rien que de très ordinaire.

    Mais voilà que, me rendant à une "Journée de l'amitié" de France Patchwork, je tombe en arrêt devant ce qu'en a fait Jackie Kerriel : un choc émotionnel devant tant de beauté, alliant broderie, tissus gais aux couleurs vives, patchwork, rubans, paillettes, etc.

    Voyez plutôt :

    IMG_0194.JPG

    Ce patchwork n'est pas quilté : il a été monté sur châssis comme un tableau et irradiait sa lumière dans la pénombre du soir pluvieux, à Pertuis. Il faudrait plusieurs heures pour détailler chaque parcelle de ce tableau : des broderies multicolores aux appliqués rebrodés, tout invitait à se noyer dans ces univers contrastés mariant figures géométriques, riches fleurs baroques ou broderies d'Europe centrale.

    Je ne peux que saluer le travail de Jackie Kerriel qui m'avait déjà impressionnée par son talent dans la réalisation de bijoux textiles somptueux. Car il est évident que son choix de tissus et de technique rend un puissant hommage à l’œuvre originale.

    C'est bien de compréhension de l’œuvre en elle-même qu'il s'agit : qu'on choisisse une gamme de tissus aux teintes atténuées, et l'on verra les contrastes se diluer, les couleurs se salir, les broderies perdre toute leur puissance évocatrice. En somme, il y avait une gageure à soutenir, et c'est chose faite !

    Quelques gros plans pour le régal des yeux :

    IMG_0200.JPG

    IMG_0199.JPG

    IMG_0198.JPG

    IMG_0197.JPG

    IMG_0196.JPG

  • Patchwork à Ste Marie-aux-Mines (4)

    Le Japon était bien représenté pour cette vingtième édition du Carrefour Européen du Patchwork, mais les œuvres présentées auraient mérité plus de recul pour qu'on puisse les observer dans de meilleures conditions.

    On pouvait admirer un patchwork de Yoko Okamoto qui était... époustouflant !

    IMG_8801.JPG

    Détails :

    IMG_8802.JPG

    Approchons encore plus près pour observer le grain de l'étoffe de soie...

    IMG_8803.JPG

    Toujours plus près...

    IMG_8806.JPG

    On peut apprécier à la fois les ouvrages simples et utilisant des étoffes modestes, de récupération, comme les quilts amish ou mennonites, sans pour autant passer à côté d'œuvres luxueuses et raffinées telles que celle-ci : c'est l'opportunité qu'offre le Carrefour Européen !

    Il y a deux ans, j'avais pu admirer un autre patchwork de cette artiste japonaise, mais je ne l'avais pas présenté dans ce blog : le voici enfin (un quilt "anneaux de mariage"), et on pourra observer que la patte de l'artiste est bien la même !

    IMG_2033.JPG

    Un petit zoom permet de reconnaître à la fois le style, la nature des étoffes et la perfection de la réalisation !!!

    IMG_2035.JPG

    Ces deux quilts "cathédrale" sont en soie, et de petite taille (tapis de table, environ 0,4 m par 1 m) : pas d'étiquette pour les identifier ! Celui bordé de blanc, composé de carrés inscrits dans des cercles, était plus séduisant : la bordure noire et la forme allongée des blocs rend le premier plus dur.

    IMG_8808.JPG

    IMG_8807.JPG

    Une autre œuvre dont je ne peux fournir ni le nom de l'auteur ni une vue d'ensemble, à cause du manque de recul. Mais il s'agissait d'un travail très intéressant sur une variation du log cabin, avec un soin particulier mis dans le choix des couleurs et le jeu des valeurs.

    IMG_8804.JPG

    Et pour terminer, un tableau très joyeux, tout en longueur, comme une porte étroite. Là encore, j'ai négligé de relever le nom de l'artiste !

    IMG_8811.JPG

    Après une petite pause tricot et couture, le prochain article sur SMM sera consacré aux quilts amish et mennonites...

  • Patchwork à Ste Marie-aux-Mines (3)

    Pour ce troisième volet de partage sur les expositions du Carrefour Européen du Patchwork, je propose de rester en Scandinavie pour découvrir quelques vues des quilts de Lisa Karlsson.

    Cette artiste propose de grands patchworks, utilisant souvent une palette réduite, mais offrant des contrastes importants : c'est en particulier le cas de ses patchworks noir et blanc, largement exposés à Ste Marie-aux-Mines.

    IMG_8832.JPG

    e7d0a0f8feb176b4b7637ef3cc10fb1b.jpg

    Patchwork bleu, éclairé de touches de couleurs vives. Les carrés colorés sont taillés dans des lainages ou des velours, ras ou côtelés, aux teintes denses.

    IMG_8712.JPG

    Détail du précédent :

    IMG_8835.JPG

    Un grand patchwork ci-dessous, dont je ne présente qu'une partie, car le recul ne me permettait pas de proposer l'ensemble.

    IMG_8711.JPG

    Des rouges et des jaunes composent ce quilt graphique. Comme dans le patchwork noir, blanc et bleu, Lisa Karlsson a introduit une pièce de couleur à une place incongrue : une manière de faire signe, de saluer, dit-elle, lorsqu'on l'interroge à ce sujet.IMG_8704.JPG

    IMG_8830.JPG

    Prochain article sur Ste Marie-aux-Mines : le Japon !

  • Patchwork à Sainte-Marie-aux-Mines (2)

    Inger Johanne Rasmussen est une artiste norvégienne dont les œuvres sont stupéfiantes : elles s'apparentent aux tapisseries contemporaines par leur univers pictural et leur taille imposante, voire monumentale, bien qu'il ne s'agisse pas de tapis tissés mais d'un puzzle figuratif et ornemental de lainages feutrés et teints à la main.

    IMG_8746.JPG

    Le drapé dans le tableau ci-dessus est un effet trompe-l’œil saisissant. Et ce travail sur les triangles, au graphisme puissant, laisse deviner un village planté sur un coteau, dont une maison laisse échapper des volutes de fumée de sa cheminée. C'est à la fois gai et plein de force et de mouvement. Cela évoque Auguste Herbin, ou encore les Futuristes... Les Cubistes ne seraient pas trop loin, il me semble, si Inger Johanne Rasmussen n'utilisait pas une palette riche et variée, lumineuse et dense.

    La méthode utilisée par Inger Johanne Rasmussen s'apparente à l'intarsia bien connu des tricoteuses, qui se distingue du jacquard par le fait que les fils de couleur ne courent pas tout le long du rang : il s'agit au contraire de tricoter des zones de couleurs qui forment des taches contiguës.

    Si on interroge Inger Johanne Rasmussen - ce qui était possible, car l'artiste était présente sur les lieux de l'exposition - elle explique gentiment comment elle s'y prend pour pour former ses motifs.

    IMG_8734.JPG

    Cela semble très simple lorsqu'elle le dit avec un grand sourire - elle utilise du "visofix" pour coller les éléments de ses tableaux et les maintient par un feston discret ton sur ton -, mais qu'on ne s'y trompe pas : la maîtrise des formes et des couleurs est celle d'une artiste chevronnée. Rien d'étonnant alors si ses œuvres sont exposées dans des musées ou des galeries, en Norvège, au Japon,  ou en Suède, par exemple.

    tekst.rette-vrange.jpg

    IMG_8732.JPG

    Détail du tableau précédent :

    IMG_8733.JPG

    Détail d'une longue fresque impossible à photographier en entier mais qu'on trouve sur le site de l'artiste : je la reproduis ci-après, avec l'aimable autorisation d'Inger Johanne Rasmussen. On retrouve dans ce travail tout le soin que met l'artiste à la recherche d'effets de couleurs et de lumière.

    IMG_8743.JPG

    IMG_8739.JPG

    bomuld-to-dorer-38-39-1306084204D8.jpg

    Une pure merveille de 5 ou 6 mètre de long !

    Inger Johanne Rasmussen a réalisé une autre fresque qu'on trouve sur son site et reproduite ci-dessous de gauche à droite...

    bomuld-sondagstur-venstre-lav-76-77-1306114450D8.jpg

    ... ou de droite à gauche !

    bomuld-sondagstur-hoyre-78-79-1306114449D8.jpg

    Un tableau vertical qui joue avec la lumière : le nénuphar aux formes arrondies et figuratives s'impose à nous sur ce fond très géométrique...

    IMG_8736.JPG

    Voici la fée Inger Johanne Rasmussen, aux côtés d'une de ses œuvres les plus particulières, mais que je n'ai pu admirer à Ste-Marie-aux-Mines :

    A-M-og-meg-venstre.jpg

     

    flom-hele.jpg

    flom-detalj-venstre.jpg

    Ces photos donnent une idée de la taille des tableaux !

    klipper-skogen-01.jpg

    atelier-med-sondagstur.jpg

    Une artiste à suivre absolument !!!

    Allez faire un tour sur son site : j'ai reproduit les photos qu'on y trouve avec l'autorisation de Inger Johanne Rasmussen qui m'a répondu dans l'heure avec beaucoup de gentillesse. Vous y trouverez aussi tous les noms des tableaux.

    Le prochain article présentera un second coup de cœur du Carrefour !

  • Coup de coeur pour Mandy Pattullo

    Mandy Pattullo est une artiste textile britannique qui travaille dans le Northumberland.

    4585931_orig.jpg

    Crédit photo : Mandy Pattullo

    Son œuvre est empreinte de poésie : cela tient tout autant à l'usage délicat qu'elle fait des tissus anciens - patchworks oubliés, patinés par le temps, usés parfois jusqu'à laisser apparaître la trame, tissus aux couleurs passées - qu'à un sens aigu de l'histoire et de la mémoire.

    5169354_orig.jpg

    Crédit photo : Mandy Pattullo

    Il y a des strates nombreuses et riches sous les couches de matériaux des collages de cette artiste. Elle les superpose avec justesse, et, comme on devine dans notre présent les influences de notre passé, de nos histoires, personnelles ou collectives, régionales ou nationales, les collages de Mandy Pattullo laissent affleurer les sous-couches des vies traversées par ces étoffes.

    Elle travaille les tissus anciens pour les transformer en autant de tableaux qui paraissent éclore sous ses doigts, mais aussi pour en faire des vêtements uniques et proprement sidérants !

    674677_orig.jpg

    Crédit photo : Mandy Pattullo

    2069149_orig.jpg

    Crédit photo : Mandy Pattullo

    Harris Tweed, so british !

    2943350_orig.jpg

    Crédit photo : Mandy Pattullo

    Ce mélange de quilts à l'envers ou à l'endroit, de canevas surannés et broderies naïves peut rappeler le travail d'autres artistes françaises, telles Léa Stansal ou Ségolaine Schweitzer, mais il y a une note de fragilité et des motifs empruntés à l'univers pictural britannique dans ces œuvres, qui marient d'une manière assez paradoxale le baroque et le victorien.

    291435_orig.jpg

    Crédit photo : Mandy Pattullo

    Memento Mori

    2563417_orig.jpg

    Crédit photo : Mandy Pattullo

    2403057_orig.jpg

    Crédit photo : Mandy Pattullo

    Sketchbook :

    9118229_orig.jpg

    Crédit photo : Mandy Pattullo

    Pour finir, il faut évoquer les "Remember me" de Mandy Pattullo, hommage d'une femme d'aujourd'hui aux jeunes vierges disparues prématurément, dont les vêtements et objets personnels étaient assemblés en guirlandes ornées de fleurs de papiers et de broderie, qu'on accrochait dans les églises en leur mémoire, du XVIIème siècle jusqu'au milieu du XIXème siècle.

    8064214_orig.jpg
    Crédit photo : Mandy Pattullo8100376_orig.jpg

    Crédit photos : Mandy Pattullo

  • Sacs au crochet : et de deux, et de trois !

    Comme je l'ai déjà indiqué dans un commentaire d'un précédent article, on trouve de nombreux exemples de sacs au crochet, tricotés en rond, sur le net. Mais il y a un blog que je vous recommande tout particulièrement à ce sujet : il s'agit de clothogancho.

    L'auteure de ce blog est une virtuose de la couleur, mais elle propose ici, avec des explications détaillées dans les commentaires, un cabas à base rectangulaire. Par ailleurs, on trouve dans le même article un sac crocheté en rond qui a inspiré les couleurs de celui que je propose ici. A vrai dire, il s'agissait là encore de "faire avec" les pelotes disponibles récupérées ici ou là.

    Quoiqu'il en soit, ce blog est à visiter au plus vite !

    Voici donc deux sacs inspirés de ce que propose la rédactrice du blog clothogancho, mais avec une libre interprétation des mesures et du "how to do" ("comment faire") !

    Le premier, inachevé, qui n'utilise que des pelotes très usagées, dans des ton neutres, et dont la semelle est réalisée avec les recommandations trouvées dans ce même blog.

    IMG_6388.JPG

    IMG_6384.JPG

    IMG_6389.JPG

    IMG_6385.JPG

    Et voici le petit sac (30 cm de haut) chiné dans les tons de bleu et de vert, agrémenté ici ou là d'une pointe de couleurs contrastées.

    IMG_6359.JPG

    Une des vieilles pelotes utilisées :

    IMG_6364.JPG

    On superpose les boutons pour harmoniser les teintes :

    IMG_6360.JPG

    IMG_6361.JPG

    IMG_6362.JPG

    A l'intérieur du sac, d'autres pelotes à crocheter ou tricoter !

     IMG_6363.JPG

    Petit aperçu du jeu de lumière à travers les mailles de cet ouvrage pourtant crocheté très serré. Mais les photons ont trouvé mille astuces pour se frayer un chemin, comme à l'ordinaire !

     IMG_6358.JPG