Les blogs Marie Claire Idées - Marie Claire

Les blogs Marie Claire Idées

La sélection des blogs Marie Claire Idées
Derniers articles
Tous les blogs
Rejoignez-nous sur Facebook

Tourisme

  • Journée de l'Amitié France Patchwork - 13

    Je n'ai pas toujours l'opportunité de me rendre à la Journée de l'Amitié du notre délégation France Patchwork 13, mais, depuis mon inscription il y a trois ans, je n'ai jamais raté celle de juin et je les ai toujours appréciées.

    Notre nouvelle déléguée, Christianne Humbert, et toute son équipe avaient décidé de mettre au vert les adhérentes présentes à laBastide Marin, commune de La Ciotat, petite ville de l'est du département des Bouches du Rhône, bien connue des estivants.

    IMG_6776.JPG

    Quelle journée ! Une brise et quelques nuages ont apporté la fraîcheur indispensable, mais le soleil a été malgré tout très généreux, et le cadre était à l'avenant : la Bastide Marin, une vieille demeure ayant appartenu à des familles de navigateurs au long cours dont les noms résonnent familièrement aux oreilles des provençaux, Marin, Portalis, Fabre...

    Alors, tant pis si nous avons cousu paresseusement, flânant d'une table à l'autre pour retrouver une amie, admirer un ouvrage ou tout simplement faire connaissance avec de nouvelles têtes...

    Les jardins étaient somptueux, l'accueil des "Amis de la Bastide Marin" très chaleureux, la visite de la bastide passionnante. Bref : une vraie réussite !

    IMG_6763.JPG

    IMG_6813.JPG

    IMG_6796.JPG

    IMG_6811.JPG

    IMG_6778.JPG

    Patchwork de l'amitié, ouvrage collectif pour Yvette... Puis quelques exemples parmi les ouvrages exposés :

    IMG_6768.JPG

    IMG_6656.JPG

    IMG_6653.JPG

    IMG_6751.JPG

    IMG_6697.JPG

    IMG_6673.JPG

    IMG_6755.JPG

    Intérieur de la Bastide Marin, en cours de rénovation :

    IMG_6793.JPG

    IMG_6779.JPG

    IMG_6781.JPG

    IMG_6791.JPG

    IMG_6787.JPG

    La bannière de France Patchwork (délégation 13) flotte bravement dans le vent !

    IMG_6818.JPG

  • Musée Toyota (1) : temple du tissage !

    Nagoya abrite les anciens locaux des usines TOYOTA : oui oui, il s'agit bien du constructeur automobile. Quel rapport avec ce blog tout de fils tissé ? Comme on peut s'en douter, il y a eu une vie avant la voiture, et M. TOYODA (avec un D) était un génial inventeur, à l'origine de brevets ayant protégé ses découvertes successives dans l'automatisation des métiers à tisser !

    Le musée TOYOTA permet de comprendre l'évolution de ces métiers à tisser (mais aussi à filer mécaniquement), depuis les métiers manuels jusqu'aux dernières innovations.

    Quel art de la mise en scène et de la pédagogie dans ce musée : un nombre impressionnant de guides (anglophones, ce qui est bien pratique !) permet de faire fonctionner ces machines, en pointant à chaque étape le problème résolu. Ces guides sont d'une extrême gentillesse, disposés à montrer, démontrer, avec beaucoup de patience. Un régal !

    IMG_6217.JPG

    On comprend ainsi que l'automatisation a été confrontée à deux difficultés à résoudre : le changement des bobines dans la navette et la rupture d'un fil de chaîne.

    Le premier métier de M. TOYODA n'automatisait pas cette étape, et un ouvrier devait changer manuellement les bobines toutes les trois minutes : on imagine aisément la perte de temps occasionnée par ces arrêts de la machine. Il fallut donc inventer un changement automatique des bobines, ce qui fut fait !

    Quant à la rupture d'un fil de chaîne, difficile à déceler dès lors que le métier était automatique, elle provoquait un défaut dans l'étoffe tissée : en effet, on remarque aisément un jour échelle en raison de l'absence d'un fil de chaîne, parallèle à la lisière. Il suffisait alors d'imaginer un dispositif qui provoquait l'arrêt du métier en cas de rupture. Une petite pièce auparavant soutenue par le fil de chaîne descendait alors de quelques cm et, le peigne rencontrant cet obstacle, le métier s'arrêtait automatiquement.

    On voit ci-dessous le guide qui abaisse une pièce, ce qui provoquera l'arrêt du métier.

    IMG_6225.JPG

    Procédé tout simple : si le fil passé dans le trou circulaire de la languette se casse, cette tige de métal n'est plus retenue que par la barre métallique et tombe environ 1 à 2 cm plus bas. Il y a bien sûr un autre dispositif, un cliquet, qui provoque l'arrêt du métier dès lors que le peigne est bloqué par la languette. Simple et efficace ! J'adore !

    IMG_6226.JPG

    Tous ces dispositifs ont été progressivement améliorés, avec comme objectif d'augmenter la vitesse de tissage. Les innovations ont consisté alors à rechercher le moyen d'améliorer le passage de la navette. C'est ainsi qu'on peut voir des métiers dont les dispositifs de passage du fil de trame sont différents :

    - deux navettes se rencontrant "au milieu du gué", l'une apportant le fil à la seconde qui le récupère au milieu de l'étoffe. Ainsi, on a divisé par deux le temps de parcours.

    IMG_6236.JPG

    - pour les matières synthétiques, envoi du fil de trame par un jet d'eau puissant !

    IMG_6237.JPG

    - enfin, envoi du fil par un jet d'air non moins puissant !

    On trouve aussi des métiers jacquard, et bien d'autre machines fascinantes !

    IMG_6233.JPG

    IMG_6243.JPG

    IMG_6246.JPG

    Métiers plus anciens, dont des métiers jacquard :

    IMG_6248.JPG

    IMG_6249.JPG

    IMG_6228.JPG

    IMG_6258.JPG

    IMG_6259.JPG

    IMG_6253.JPG

    IMG_6221.JPG

    Bref : on parcourt en 3 heures un siècle d'innovation, et c'est passionnant. Au point de nous faire oublier que ce musée contient une partie aussi pédagogique sur la construction automobile : nous l'avons traversée au pas de course !

    Un prochain article sera consacré au filage mécanique : il intéressera sans doute les fileuses qui, comme moi, on régressé avec délice vers l'usage du rouet ! (Mais je ne suis pas sûre d'avoir la place pour une cardeuse et une fileuse mécanique dans mon salon !)

  • Sac de voyage

    Voici un sac de voyage réalisé avec deux étoffes : le tissu prune est un vieux damassé acheté il y a plus de 25 ans et jamais utilisé. La "toile de Jouy" est un "don joyeux", coupon de petite taille que je voulais malgré tout utiliser. Cela donne ce bagage de bonne taille, parfaitement adapté aux valises à roulettes avec la poignée escamotable.

    IMG_6519.JPG

    En effet, une sangle permet de coincer la poignée métallique contre le flanc arrière du bagage qui peut être traîné en même temps que la valise à roulette.

    IMG_6523.JPG

    IMG_6521.JPG

    IMG_6525.JPG

    IMG_6526.JPG

    IMG_6522.JPG

  • Arimatsu, capitale du shibori

    Qui n'a jamais entendu parler de la technique du "Tie and dye" ? Bien sûr, cette expression renvoie souvent aux souvenirs de T-shirts simplement noués et trempés dans la teinture dans les année 70, régulièrement remis aux goût du jour.

    Mais ces techniques de teintures à réserve sont très anciennes, et ont montré bien souvent toute l’ingéniosité des artisans du textile qui ont multiplié les astuces pour créer des motifs en contrôlant les zones que la teinture pourrait pénétrer : utilisation de cire ici, pliage ou formes maintenues au moyen de presses (itajime) là, ligature au moyen de fil de coton (shibori) ailleurs, etc.

    IMG_5678.JPG

    La ville d'Arimatsu, près de Nagoya, est connue depuis le XVIIème siècle pour avoir développé avec beaucoup d'adresse les techniques de teinture par ligature ou plissage pour réaliser des étoffes devenues célèbres dans tout le Japon. Techniques de longue haleine, qui réclament des mains expertes et vives, comme l'illustre la vidéo ci-dessous.


    On peut visiter le musée Shibori d'Arimatsu et s'initier à cette technique amusante auprès de dames expertes et très encourageantes ! Une expérience à ne pas manquer ! Mais il faudra sans doute quelques années d'entraînement quotidien avant d'acquérir leur rapidité et leur dextérité !

    Voici quelques vues des trésors de ce musée :

    IMG_5709.JPG

    IMG_5710.JPG

    Mais cette technique n'est pas restée ignorée dans le reste du monde : il y a quelques années, j'avais pu découvrir par l'intermédiaire d'une amie le travail d'une artiste textile installée à Lyon : Sophie Guyot.

    ligne-exclusive-so-plicature.jpg

    Ce va-et-vient entre Lyon, notre capitale de la soie et du textile, et le Japon n'est pas unique : un maître tisserand de Kyoto nous a expliqué au cours de la visite de son atelier que des techniques de tissage originaires de Lyon, aujourd'hui perdues en France car non pratiquées, sont désormais conservées parce que des artisans japonais les ont apprises et transmises !

    Et pour finir, voici deux liens vers deux sites intéressants qui permettront à ceux et celles qui le souhaitent de s'initier au shibori et à l'itajime et de connaître l'histoire fameuse d'Arimatsu :

    Petite histoire d'Arimatsu

    Initiation au shibori

    IMG_5717.JPG

    IMG_5720.JPG

  • La pivoine et la jeune fille

    Comment résister au charme de jeunes filles si désireuses de se laisser admirer dans leurs belles parures ornées de fleurs (pivoines, chrysanthèmes, anémones, et, bien sûr, fleurs de cerisier...) Elles se sont laissé photographier de bonne grâce et nous pouvons dès lors contempler la richesse des coloris de leurs vêtements de fête.

    IMG_4877.JPG

    IMG_4874.JPG

    IMG_4876.JPG

    La pivoine : la plus parfaite des fleurs, dans le Jardin de Pivoines du parc Ueno, à Tokyo...

    IMG_5933.JPG

    IMG_5950.JPG

    IMG_5958.JPG

    IMG_5980.JPG

    IMG_5968.JPG

    A moins qu'il ne s'agisse de la fleur de camélia, dans un jardin botanique de la ville de Nara...

    IMG_5211.JPG

    IMG_5213.JPG

    Dans tous les cas, la splendeur de la saison des fleurs ne pouvait laisser indifférents les artistes qui ont su magnifier cette nature maîtrisée dans les étoffes qu'ils ont tissées ou imprimées.

    Mais ne nous laissons-nous pas emporter nous-mêmes dans la passion pour les imprimés floraux de créateurs textiles bien connus du monde du patchwork ? Kaffe Fassett ou Philip Jacobs, par exemple, qui ont édité des étoffes qui résonnent avec ces tissus orientaux si fascinants !

    En voici quelques exemples :

    UMX-PWPJ069_tcm71-136960.jpg

    Large_0339545.jpg

    img_0008.jpg

    6435004.jpg

    Cela ne donne-t-il pas envie de réaliser avec l'un de ces tissus une petite robe de forme kimono, fraîche et légère ?...

  • Cerisiers en fleurs

    La saison des cerisiers en fleurs au Japon est très courte : mais on en jouit longtemps, si l'on considère qu'elle est attendue, fêtée, admirée, et qu'on en conserve le souvenir plusieurs semaines durant... Sans oublier les mille manières de rappeler dans l'art textile cette explosion printanière.

    IMG_4873.JPG

    IMG_4682.JPG

    IMG_5326.JPG

    IMG_5042.JPG

    IMG_4943.JPG

    IMG_5145.JPG

    IMG_5052.JPG

    En effet, qu'il s'agisse de patchworks, de broderie ou d'imprimés, contemporains ou plus anciens, le motif de ces fleurs à cinq pétales, dans leur version simple, n'a cessé d'inspiré les créateurs de ces textiles.

    C'est ainsi qu'on trouve au Musée National de Tokyo ce kimono ancien bronze dont les motifs peints ont été rebrodés de manière à laisser apparaître le dessin initial (une idée que ne renierait pas Léa Stansal !)

    IMG_5871.JPG

    IMG_5863.JPG

    IMG_5861.JPG

    Ou encore, celui-ci, dont les fleurs sont nettement stylisées.

    IMG_5837.JPG

    Mais les kimonos actuels ne sont pas en reste : ils utilisent largement les motifs floraux, qu'il s'agisse des fleurs de cerisier, des chrysanthèmes, des camélia...

    IMG_4808.JPG

    IMG_4885.JPG

    A suivre !