Tourisme

  • Saintes Marie aux Mines 2017 (4)

    Le Carrefour Européen du Patchwork, c'est aussi l'occasion de voir ou revoir des patchworks anciens, bien conservés pour la plupart. Le théâtre accueillait ainsi des ouvrages de toute beauté, dont un appliqué d'une fraîcheur et d'une virtuosité épatantes !

    Un quilt en soie (date de réalisation non renseignée) :

    IMG_0520.JPG

    IMG_0522.JPG

    Les N&B :

    IMG_0528.JPG

    IMG_0531.JPG

    IMG_0530.JPG

    IMG_0532.JPG

    Détails de deux quilts aux couleurs douces :

    IMG_0519.JPG

    IMG_0546.JPG

    Ci-dessous, le clou cette exposition, selon moi : un appliqué ancien, bariolé et naïf. Notez le motif de chien, appliqué dans les deux angles inférieurs, et les figues de barbarie, si piquantes ! C'est charmant !

    IMG_0537.JPG

    IMG_0539.JPG

    IMG_0540.JPG

    IMG_0541.JPG

    IMG_0544.JPG

    IMG_0545.JPG

    Si mes souvenirs sont bons, ce quilt date du XVIIIème siècle : amis lecteurs de ce blog, si vous étiez à Sainte-Marie aux Mines et si vous n'avez pas négligé, comme je l'ai fait, de noter la date de sa réalisation, éclairez notre lanterne ! Merci par avance !

  • Saintes Marie aux Mines 2017 (2)

    Un coup de coeur à partager, aujourd'hui, une découverte étonnante : les œuvres en jean de l'artiste Ian BERRI, exposées à Ste Marie aux Mines.

    Tableaux ou objets du quotidien, tout est réalisé avec des jeans recyclés, coutures comprises, par un jeu subtil avec le degré d'usure du sergé.

    On doit insister sur le travail virtuose de l'artiste sur la perspective et la lumière, qui évoque les peintres flamands de la lumière : la solitude des personnages, le sentiment d'ennui ou de concentration qui semble les envelopper, la composition des tableaux dont la lumière vient d'une source unique qui n'éclaire pas directement le sujet, le choix de la vie quotidienne comme thème principal, une certaine sensualité, également, tout cela n'est pas sans rappeler l’œuvre de Veermer, mais avec une modernité qui tient à la fois au choix de représenter le monde contemporain et à l'usage de ce matériau si particulier : le jean.

    Voici un échantillon de photos qui peinent à rendre compte du travail en volume de l'artiste. Qu'on réalise seulement que la laverie est grandeur nature, ainsi que les objets de la vie courante (plante en pot, pochettes de disque vinyl, etc) !

    IMG_0683.JPG

    IMG_0681.JPG

    IMG_0680.JPG

    IMG_0698.JPG

    IMG_0699.JPG

    IMG_0700.JPG

    IMG_0701.JPG

    IMG_0704.JPG

    IMG_0707.JPG

    IMG_0708.JPG

    IMG_0709.JPG

    IMG_0719.JPG

    IMG_0678.JPG

    IMG_0686.JPG

    IMG_0714.JPG

    IMG_0712.JPG

    IMG_0685.JPG

    Bravo, Ian Berri !

    IMG_0716.JPG

    Enregistrer

    Enregistrer

  • Hundertwasser, le Viennois

    J'avais déjà présenté dans ce blog l'artiste singulier Hundertwasser. De son propre aveu, il était encore plus intéressé par l'architecture que par la peinture.

    Vienne offre un large éventail de son architecture : si je n'ai pu voir l'incinérateur, revu et corrigé par Hundertwasser, j'ai pu profiter de ses deux autres ensembles architecturaux viennois, dont le musée consacré à sa peinture.

    Écologiste radical, Hundertwasser a souvent dénoncé le gaspillage en architecture, comme la tendance à repeindre intégralement une bâtisse dont le crépi est un peu fatigué. Lui préférait le raccommodage, à l'aide de touches de peinture ou de morceaux de mosaïque. Cela donne un ensemble charmant, joyeux, tout en courbes et en couleurs, envahi par les végétaux comme une oasis de verdure en ville.

    Ensemble d'habitations créé par Hundertwasser

    Adresse : Hundertwasserhaus, 37-39 Kegelgasse, Wien

    IMG_9857.JPG

    IMG_9879.JPG

    IMG_9912.JPG

    IMG_9884.JPG

    IMG_9888.JPG

    IMG_9921.JPG

    IMG_9902.JPG

    IMG_9874.JPG

    Musée Hunderwasser

    Adresse : Untere Weißgerberstraße 13 , 1030 Wien

    IMG_9848.JPG

    IMG_9844.JPG

    IMG_9845.JPG

    IMG_9849.JPG

    Il n'était pas possible de prendre des photos à l'intérieur du musée, aussi ne pourrai-je vous montrer le sol inégal, aux bords relevés sur les murs, ensemble évitant à tout prix la ligne droite. Pas très pratique pour disposer tables ou chaises, mobiliers ou réfrigérateurs, mais idéal si l'on cherche à créer une atmosphère onirique !

  • Journée de l'Amitié France Patchwork - 13

    Je n'ai pas toujours l'opportunité de me rendre à la Journée de l'Amitié du notre délégation France Patchwork 13, mais, depuis mon inscription il y a trois ans, je n'ai jamais raté celle de juin et je les ai toujours appréciées.

    Notre nouvelle déléguée, Christianne Humbert, et toute son équipe avaient décidé de mettre au vert les adhérentes présentes à laBastide Marin, commune de La Ciotat, petite ville de l'est du département des Bouches du Rhône, bien connue des estivants.

    IMG_6776.JPG

    Quelle journée ! Une brise et quelques nuages ont apporté la fraîcheur indispensable, mais le soleil a été malgré tout très généreux, et le cadre était à l'avenant : la Bastide Marin, une vieille demeure ayant appartenu à des familles de navigateurs au long cours dont les noms résonnent familièrement aux oreilles des provençaux, Marin, Portalis, Fabre...

    Alors, tant pis si nous avons cousu paresseusement, flânant d'une table à l'autre pour retrouver une amie, admirer un ouvrage ou tout simplement faire connaissance avec de nouvelles têtes...

    Les jardins étaient somptueux, l'accueil des "Amis de la Bastide Marin" très chaleureux, la visite de la bastide passionnante. Bref : une vraie réussite !

    IMG_6763.JPG

    IMG_6813.JPG

    IMG_6796.JPG

    IMG_6811.JPG

    IMG_6778.JPG

    Patchwork de l'amitié, ouvrage collectif pour Yvette... Puis quelques exemples parmi les ouvrages exposés :

    IMG_6768.JPG

    IMG_6656.JPG

    IMG_6653.JPG

    IMG_6751.JPG

    IMG_6697.JPG

    IMG_6673.JPG

    IMG_6755.JPG

    Intérieur de la Bastide Marin, en cours de rénovation :

    IMG_6793.JPG

    IMG_6779.JPG

    IMG_6781.JPG

    IMG_6791.JPG

    IMG_6787.JPG

    La bannière de France Patchwork (délégation 13) flotte bravement dans le vent !

    IMG_6818.JPG

  • Musée Toyota (1) : temple du tissage !

    Nagoya abrite les anciens locaux des usines TOYOTA : oui oui, il s'agit bien du constructeur automobile. Quel rapport avec ce blog tout de fils tissé ? Comme on peut s'en douter, il y a eu une vie avant la voiture, et M. TOYODA (avec un D) était un génial inventeur, à l'origine de brevets ayant protégé ses découvertes successives dans l'automatisation des métiers à tisser !

    Le musée TOYOTA permet de comprendre l'évolution de ces métiers à tisser (mais aussi à filer mécaniquement), depuis les métiers manuels jusqu'aux dernières innovations.

    Quel art de la mise en scène et de la pédagogie dans ce musée : un nombre impressionnant de guides (anglophones, ce qui est bien pratique !) permet de faire fonctionner ces machines, en pointant à chaque étape le problème résolu. Ces guides sont d'une extrême gentillesse, disposés à montrer, démontrer, avec beaucoup de patience. Un régal !

    IMG_6217.JPG

    On comprend ainsi que l'automatisation a été confrontée à deux difficultés à résoudre : le changement des bobines dans la navette et la rupture d'un fil de chaîne.

    Le premier métier de M. TOYODA n'automatisait pas cette étape, et un ouvrier devait changer manuellement les bobines toutes les trois minutes : on imagine aisément la perte de temps occasionnée par ces arrêts de la machine. Il fallut donc inventer un changement automatique des bobines, ce qui fut fait !

    Quant à la rupture d'un fil de chaîne, difficile à déceler dès lors que le métier était automatique, elle provoquait un défaut dans l'étoffe tissée : en effet, on remarque aisément un jour échelle en raison de l'absence d'un fil de chaîne, parallèle à la lisière. Il suffisait alors d'imaginer un dispositif qui provoquait l'arrêt du métier en cas de rupture. Une petite pièce auparavant soutenue par le fil de chaîne descendait alors de quelques cm et, le peigne rencontrant cet obstacle, le métier s'arrêtait automatiquement.

    On voit ci-dessous le guide qui abaisse une pièce, ce qui provoquera l'arrêt du métier.

    IMG_6225.JPG

    Procédé tout simple : si le fil passé dans le trou circulaire de la languette se casse, cette tige de métal n'est plus retenue que par la barre métallique et tombe environ 1 à 2 cm plus bas. Il y a bien sûr un autre dispositif, un cliquet, qui provoque l'arrêt du métier dès lors que le peigne est bloqué par la languette. Simple et efficace ! J'adore !

    IMG_6226.JPG

    Tous ces dispositifs ont été progressivement améliorés, avec comme objectif d'augmenter la vitesse de tissage. Les innovations ont consisté alors à rechercher le moyen d'améliorer le passage de la navette. C'est ainsi qu'on peut voir des métiers dont les dispositifs de passage du fil de trame sont différents :

    - deux navettes se rencontrant "au milieu du gué", l'une apportant le fil à la seconde qui le récupère au milieu de l'étoffe. Ainsi, on a divisé par deux le temps de parcours.

    IMG_6236.JPG

    - pour les matières synthétiques, envoi du fil de trame par un jet d'eau puissant !

    IMG_6237.JPG

    - enfin, envoi du fil par un jet d'air non moins puissant !

    On trouve aussi des métiers jacquard, et bien d'autre machines fascinantes !

    IMG_6233.JPG

    IMG_6243.JPG

    IMG_6246.JPG

    Métiers plus anciens, dont des métiers jacquard :

    IMG_6248.JPG

    IMG_6249.JPG

    IMG_6228.JPG

    IMG_6258.JPG

    IMG_6259.JPG

    IMG_6253.JPG

    IMG_6221.JPG

    Bref : on parcourt en 3 heures un siècle d'innovation, et c'est passionnant. Au point de nous faire oublier que ce musée contient une partie aussi pédagogique sur la construction automobile : nous l'avons traversée au pas de course !

    Un prochain article sera consacré au filage mécanique : il intéressera sans doute les fileuses qui, comme moi, on régressé avec délice vers l'usage du rouet ! (Mais je ne suis pas sûre d'avoir la place pour une cardeuse et une fileuse mécanique dans mon salon !)

  • Sac de voyage

    Voici un sac de voyage réalisé avec deux étoffes : le tissu prune est un vieux damassé acheté il y a plus de 25 ans et jamais utilisé. La "toile de Jouy" est un "don joyeux", coupon de petite taille que je voulais malgré tout utiliser. Cela donne ce bagage de bonne taille, parfaitement adapté aux valises à roulettes avec la poignée escamotable.

    IMG_6519.JPG

    En effet, une sangle permet de coincer la poignée métallique contre le flanc arrière du bagage qui peut être traîné en même temps que la valise à roulette.

    IMG_6523.JPG

    IMG_6521.JPG

    IMG_6525.JPG

    IMG_6526.JPG

    IMG_6522.JPG